Zoom sur le Postimpressionnisme

Zoom sur le Postimpressionnisme

Nous revenons tous les mois avec votre guide Natalina sur la Petite Histoire de l’Art. Lors des deux premiers épisodes, nous nous sommes attardés sur les peintres impressionnistes. En 1886, lors de la huitième et dernière exposition du groupe, Claude Monet et Pierre-Auguste Renoir n’exposent plus avec leurs camarades, et en parallèle, de nouveaux noms apparaissent, notamment ceux de Georges Seurat et Paul Signac. Cette même année, selon les mots du critique d’art Félix Fénéon : avec cette exposition, l’impressionnisme est définitivement mort“. Une nouvelle période artistique prend alors place : zoom sur le postimpressionnisme
Zoom sur le Postimpressionnisme

Un courant artistique aux multiples représentations

Le postimpressionnisme représente un état d’esprit qui s’empare de l’Europe dans les deux dernières décennies du XIXème siècle, et qui désigne le passage entre la première phase de l’impressionnisme (1870-1884) et les avant-gardes artistiques du XXème siècle. Le terme postimpressionnisme est donc une appellation floue et plurielle, qui englobe des dizaines de courants et de styles : néo-impressionnisme, cloisonnisme et synthétisme, symbolisme, le mouvement nabi, tandis que des artistes comme Vincent Van Gogh ou Henri de Toulouse-Lautrec restent inclassables. Tous ont néanmoins un point commun : dépasser le naturalisme et le réalisme pour donner à leurs peintures des significations plus vastes et plus complexes.
Zoom sur le Postimpressionnisme
Seule (1896) de Henri de Toulouse-Lautrec
Zoom sur le Postimpressionnisme
Au Salon de la Rue des Moulins (1894) de Henri de Toulouse-Lautrec
Zoom sur le Postimpressionnisme
Restaurant de la Sirène à Asnières (1887) de Vincent van Gogh.
Zoom sur le Postimpressionnisme
La chambre à coucher (1888) de Vincent van Gogh.

L’évolution des peintres, de l’impressionnisme vers…

Le pointillisme avec Georges Seurat et Paul Signac

Ils se rencontrent au printemps 1884 et se lient d’amitié très rapidement. Profondément touchés par les impressionnistes, ils expérimentent chacun de nouvelles méthodes, sans résultat. C’est Picasso qui leur ouvre les portes de la 8ème exposition impressionniste en 1886. Seurat et Signac font sensation, et même plus. La technique utilisée pour Un dimanche après-midi à l’île de la Grande Jatte provoque le scandale. Cette manière de peindre totalement nouvelle affiche des mouvements inédits dans les coups de pinceaux, ceux-ci étant placé de façon beaucoup plus régulière et organisée. On lui donnera le nom de divisionnisme, ou pointillisme, car le peintre divise la touche picturale et créé sur toile un réseau de petits points colorés. Un mouvement qui s’oppose à l’impressionnisme, qui demande lui beaucoup plus de spontanéité dans la construction du tableau.
 
Zoom sur le Postimpressionnisme
Portrait de Félix Fénéon de Paul Signac (1890).

Le mouvement nabi

Le terme nabi, qui signifie « prophète » en hébreu, fait référence à un groupe d’artiste se réunissant sous un nouvel esthétique. Ils se retrouvent dans leur atelier parisien baptisé le Temple. C’est une œuvre de Paul Sérusier, Le Talisman, qui va lancer de nombreux artiste dans une nouvelle recherche artistique autour du réalisme, dont ils se détachent peu à peu. Chacun se forgera un style propre, mais dont on retrouve des techniques communes : l’utilisation des formes simples, l’abandon de la perspective traditionnelle, et la recherche d’un effet décoratif. Maurice Denis explique l’essence de leur recherche de la manière suivante : Un tableau – avant d’être un cheval de bataille, une femme nue, ou une quelconque anecdote – est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées.” Les principes énoncés par les nabis se développent à la fois dans la peinture, l’illustration, le vitrail, la tapisserie ou encore les décors de théâtres.
Zoom sur le Postimpressionnisme
Paul Sérusier, Le Talisman (1888).

L’inclassable : Paul Cézanne

Issu du mouvement impressionniste plus tardif, Paul Cézanne continue d’explorer le domaine artistique et cherche à dépasser la simple retranscription des sensations. Il simplifie et géométrise les éléments. Une modernité dont on voit l’évolution sur ce qui doit être sa série la plus connue : La Montagne Saint-Victoire. Peinte prêt de 80 fois, ce motif représente également l’homme derrière le peintre, qui aura vécu quasiment toute sa vie à Aix-en-Provence. Il dira de son travail J’en reviens toujours à ceci : le peintre doit se consacrer entièrement à l’étude de la nature, et tâcher de produire des tableaux qui soient un enseignement.” Ainsi, sa montagne évolue vers un motif de moins en moins réaliste, cherchant à retranscrire le plus fidèlement possible les émotions que le paysage suscite. Parmi les autres figures solitaires et atypique du postimpressionnisme, on mentionnera Paul Gauguin

Zoom sur le Postimpressionnisme

La Montagne Saint-Victoire de Paul Cézanne, entre 1887 et 1906.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top