Albi, le centre épiscopal, vu en rouge

Albi, le centre épiscopal, vu en rouge

Le centre ville d’Albi est constitué d’une cité épiscopale, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Les bâtiments sont construits avec des briques et de la terre cuite, ocre, rouge et rose qui font son identité et son charme. C’est sur les rives de la Vallée du Tarn qu’était prélevée l’argile rouge, abondante et surtout moins chère que la pierre, à la fin du XIIème siècle. Cela servait à produire de la brique en grande quantité. C’est donc d’un hasard de fortune que cette ville développa un certain charme.

Albi_le_centre_épiscopal_vu_en_rouge
Ville d'Albi

Sur cette photo nous pouvons voir les maisons en terre cuite, dans les différents tons : rosés, orangés, beiges… © J. Poyo

Cet ensemble majestueux, voulu par un évêque

Albi Vue aérienne d'Albi

On voit le Tarn qui circule en tortillard dans la ville d’Albi et la cathédrale ainsi que le Palais qui se démarquent largement. © Office du tourisme d’Albi, Vue générale d’Albi, 2011

Cet ensemble majestueux est né au lendemain de la croisade des albigeois. L’évêque de l’époque, Bernard de Castanet, était également vice-inquisiteur du roi. Il a l’idée de faire de cette cité une démonstration de la puissance de l’Eglise. Il s’autoproclame seigneur d’Albi et il fait construire une cité intra muros. Le quartier pittoresque de Castelnau naît ainsi au XIIème siècle. Les bâtiments les plus frappants par leur volume et leur architecture sont le Palais de la Berbie, semblable à un château fort, et la cathédrale Sainte-Cécile. L’évêque cherche ainsi à montrer la puissance catholique. 

Le quartier historique de la cité, à visiter inlassablement

Le quartier de Castelviel est le quartier historique de la cité. La place Savène comprend des maisons à colombage colorées. Il y a des bâtisses en pan de bois qui sont les habitations typiques des marchands de l’époque et notamment la Maison du Vieil Alby, une des plus anciennes de la ville avec son échoppe au rez-de-chaussé. Non loin de là, la cathédrale Sainte-Cécile. Une cathédrale érigée au XIIIe siècle, de 78 mètres de haut. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est la plus grande cathédrale en brique du monde et elle résulte d’un chantier titanesque qui dure deux siècles. De l’extérieur austère, elle possède un riche décor gothique flamboyant à l’intérieur. On y trouve une sorte de bible en BD [lien qui renvoie à la tenture de l’Apocalypse] avec des fresques peintes à même les voûtes. L’ensemble épiscopal d’Albi est aussi composé du Palais de la Berbie, construit au XIIIème siècle, une importante résidence, qui a aussi des allures de forteresse.

La cathédrale Sainte-Cécile est le premier site touristique le plus visité dans le vieux quartier. C’est peu dire qu’elle est impressionnante, elle qui a des allures de château fort. © Maxpierre, cathédrale Sainte-Cécile, 2006

Les jardins du Palais de la Barbie offrent une vue panoramique sur les berges du Tarn et la cathédrale Sainte-Cécile. © GilPe, Les Jardins du Palais de la Berbie, 2015

Le Palais de la Berbie est classé au Monument historique et appartient au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Il constitue l’un des ensembles épiscopaux les mieux conservés de France. © M. Strikis, Palais de Berbie, 2013

Des sorties culturelles au musée, à ne pas manquer

Toulouse-Lautrec habitait au centre du quartier historique et ses œuvres trouvent désormais résidence, pour la plupart, dans le Palais de la Berbie, ancien lieu d’habitation. En entrant dans le Cour d’Honneur, on accède à l’entrée du Musée Toulouse-Lautrec, inauguré en 1922. On trouve dans le musée : tableaux, lithographies, dessins et affiches. Les différentes salles délivrent un bilan chronologique de l’évolution de sa production. Ses jardins suspendus offrent par ailleurs une vue panoramique imprenable sur les berges du Tarn et sur la cathédrale. A savoir que Toulouse Lautrec a fait parti de la période Postimpressioniste de l’histoire de la peinture. 

Il y a également à visiter le tout jeune Musée de la mode en plein cœur de la cité épiscopale. Il date du début du XXIème siècle mais se trouve dans une partie de l’ancien couvent des annonciades, bâtisse historique datant du XIIème siècle et ayant connu des modifications et des réaménagements jusqu’au 17e siècle.

Pour en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top